Être chef de chantier sur le prolongement du T3b

Partage
TwitterFacebookEmail

Mohamed Battah est chef de chantier sur le prolongement du T3b. Il réalise depuis janvier 2021 des travaux dits d’infrastructure jusqu’à fin 2023.

Quelle zone de chantier couvrez-vous sur le prolongement du T3b ?

Notre équipe intervient dans le 17ème arrondissement et plus précisément sur la zone située entre la Porte de Champerret à la Porte des Ternes, de l’esplanade du Général-Casso jusqu’à la place du Général-Koening.

Quel est le rôle d’un chef de chantier ?

Mon rôle est de gérer l’avancement des travaux dans leur globalité. J’ai à ma charge l’approvisionnement des matériaux nécessaires, la gestion du personnel, la réalisation de tous les aspects techniques et la coordination des équipes et des travaux. Je dois quotidiennement m’adapter pour assurer le suivi des opérations qui dépendent du planning  des différentes entreprises qui travaillent également sur le chantier. Je veille à la bonne avancée de nos travaux.

Mohamed, chef de chantier sur le prolongement du T3b

Quelle est la nature des travaux que vous réalisez ?

L’entreprise Jean Lefebvre intervient sur ce chantier pour effectuer les travaux d’infrastructure. Plus précisément, il s’agit d’aménager les trottoirs et la chaussée.

Sur chaque zone, les travaux d’infrastructure s’articulent de la même manière : nous commençons par les travaux en profondeur pour remonter au fur et à mesure à la surface.

Préalablement à l’ouverture des tranchées, nous repérons à l’aide de peinture sur le sol la localisation des réseaux afin de ne pas les abîmer. Nous traçons ainsi les repères des différents réseaux existants (eau, électricité, fibre, etc.) pour pouvoir les éviter. 

Nous procédons ensuite à la démolition des revêtements (asphalte, pavés, etc.) pour permettre le creusement de tranchées  infiltrantes pour récupérer les eaux de pluies.

Vient ensuite la réalisation des tranchées de réseaux secs (éclairage public, signalétique lumineuse des carrefours : feux de signalisation) qui se situent à 1 m de profondeur. Une fois ces étapes accomplies, nous remblayons les tranchées contenant les réseaux secs par couches successives de différents matériaux (sable, grave concassé), pour arriver au niveau zéro.

L’étape finale consiste à réaliser les bordures des trottoirs et de la chaussée qui seront couvert d’un revêtement sur la chaussée (enrobés, dalles,…) et sur les trottoirs (asphalte, pavés, dalles…).

Quelles différences y-a-t-il entre ce chantier par rapport à un autre chantier de tramway ?

J’ai déjà travaillé sur les précédents prolongements du tramway. Les étapes et l’organisation sont identiques. Cependant certains aspects sont nouveaux sur ce chantier comme la pose de  tranchées drainantes ou encore de pavés enherbés qui s’inscrivent dans un projet de développement durable, porté par la Ville de Paris.

Pavés enherbés que l’on peut retrouver sur l’ensemble du tracé

Quelle est votre relation avec les riverains sur ce chantier ?

Pour assurer l’avancée du chantier, il est important d’entretenir de bonnes relations avec les riverains. Avant chaque intervention, nous allons à leur rencontre pour présenter l’équipe et la nature des travaux qui vont être réalisés devant chez eux. Sur le chantier, nous sommes leur premier interlocuteur.  Nous les tenons informés et essayons dans la mesure du possible de trouver des solutions pour réaliser les travaux dans de bonnes conditions pour tous. Un bon relationnel avec les riverains est un chantier qui avance bien.

 

L’avancement des travaux d’infrastructure sur l’ensemble du tracé

Les travaux d’infrastructure avancent différemment selon les zones. À ce jour, les travaux d’infrastructure ont été achevés au niveau de certaines zones du tracé comme le boulevard Berthier avec l’aménagement de la chaussée, des trottoirs mais aussi avec la création de tranchées drainantes. Sur une portion du boulevard Gouvion-Saint-Cyr, entre les rues Bayen et Ruhmkorff, les travaux d’infrastructure sont également finis avec l’aménagement des trottoirs, les pavés enherbés et la plantation des arbres, depuis novembre dernier.  

 

Partage
TwitterFacebookEmail