Quels travaux ?

Le prolongement du tramway T3 se déroulera en trois phases : les travaux préparatoires, les travaux d’infrastructures et les essais avant la mise en service. Mais concrètement, comment cela va-t-il s’organiser ?

Les travaux préparatoires

Le prolongement du T3b va s’insérer dans un cadre urbain dense. Pour accueillir cette nouvelle infrastructure, des travaux préparatoires sont nécessaires.
Tout d’abord se tiendront des travaux dits « concessionnaires » de dévoiement et de modernisation de réseaux. Des interventions auront lieu sur les canalisations d’eau, de téléphone, d’internet, d’électricité ou de gaz qui doivent être déplacées par endroits, pour libérer l’espace sous les futures plateformes et être accessibles par la suite. Ce sont les concessionnaires, c’est-à-dire les organismes qui possèdent ces réseaux, qui se chargent de ces travaux.

Pour certains concessionnaires, ces travaux sont l’occasion de moderniser leur réseau. C’est par exemple le cas pour Eau de Paris qui va rénover la « Ceinture nord » des canalisations.

Ce sont les premiers travaux visibles, avec des emprises différentes selon les besoins de chaque concessionnaire.

Les opérations sur les arbres sont rendues nécessaires dans le cadre des travaux préparatoires à l’arrivée du tramway. Elles sont planifiées en deux phases par le Service de l’Arbre et des Bois de la Ville de Paris. Il s’agit d’une part, des travaux des réseaux enterrés des concessionnaires qui ont démarré, cet été et qui se poursuivront jusque l’été 2020, et d’autre part, de ceux programmés sur les ouvrages d’art à partir de l’été 2020.
A l’automne 2020, une seconde opération sera nécessaire pour réaliser les travaux de voirie et d’aménagement de la plateforme ferroviaire. La replantation des nouveaux arbres s’échelonnera de 2022 à 2023. Les 228 arbres et 23 souches concernés seront remplacés par 498 nouvelles plantations, soit 2 arbres replantés pour 1 arbre retiré. Le bilan positif est de 238 arbres.

Le périmètre d’intervention des bûcherons sur le linéaire de Porte d’Asnières à Porte Dauphine sera sécurisé par des  chantiers fixes posés, et des chantiers mobiles. Les équipes interviendront de jour.

Un ouvrier règle sa machine pour désamianter la chaussée

En parallèle, des travaux de désamiantage de la chaussée seront réalisés. En effet, sur le tracé, certaines parties de la chaussée sont amiantées. Avant de terrasser, il faut donc assainir ces petites portions de route. Pour cela, des professionnels viendront poser des emprises puis effectuer le désamiantage. Les lieux concernés sont peu nombreux et seront traités simultanément.
Tous ces travaux préparatoires se tiendront jusqu’à fin 2020 (en savoir plus sur le calendrier). Une fois cette étape finie, la construction à proprement dite des infrastructures pourra commencer.

Les travaux des infrastructures

Les travaux d’infrastructures pour la mise en place du prolongement du T3b commencent par les ouvrages d’art. Il s’agit principalement des passages souterrains routiers que l’on trouve Porte de Courcelles, Porte de Champerret, Porte de Villiers et Porte Dauphine ou piétons comme la trémie entre Porte Maillot et Bruix-Lalo. Ils seront pour certains comblés, pour d’autres démolis. Ces travaux visent aussi à consolider certaines parties du sous-sol, par exemple lorsqu’il y a une ligne de métro ou de RER à proximité.

Dans une deuxième phase se dérouleront les travaux d’installation du système de transport pour réaliser la plateforme, poser la voie y compris la pose du rail et du revêtement de voie, assurer l’alimentation électrique du tramway (caténaire) et des postes de redressement, et créer les stations.
Pour cela, les entreprises travaux devront d’abord creuser pour libérer de l’espace puis petit à petit monter les différentes composantes.

Des ouvriers travaillent sur les rails du tramway
Des ouvriers travaillent sur les rails du tramway

Enfin, il s’agira de réaménager l’espace public à travers :

  • les aménagements de la chaussée, des trottoirs mais aussi des pistes cyclables ;
  • les plantations d’arbres ;
  • la mise en place de l’éclairage public et de la signalisation lumineuse tricolore ;
  • la mise en place du mobilier urbain comme les poubelles, les bancs ou les toilettes publiques.

Les essais et « marche à blanc »

Une fois les travaux d’infrastructures terminés, il est nécessaire de tester les infrastructures du système de transport. Durant quelques semaines, des essais statiques et dynamiques seront effectués pour vérifier que tout est en ordre et corriger si nécessaire les imperfections constatées.
Viendra ensuite ce que l’on nomme « la marche à blanc » : il s’agit de faire rouler le tramway sur tout le prolongement, en condition normale, mais sans voyageurs, pour faire les derniers tests et parfaire la formation des machinistes.
Après la marche à blanc, le prolongement du T3b de la Porte d’Asnières à la Porte Dauphine pourra être mis en service.

Retrouvez l’actualité des travaux sur la carte interactive des “travaux en direct”.